Panier Objets mémorisés loader
+ 49 (0) 761 3881-880 Réseau fixe allemand
sans surtaxe

Trouver un hébergement

Réservation en seulement 3 minutes

Une question?

Nous vous conseillons gratuitement!

+ 49 (0) 761 3881-880

Réseau fixe allemand - sans surtaxe

booking@visit.freiburg.de

Les groupes sont les bienvenus!

Notre service "spécial groupes" vous établit volontiers une offre individuelle!

Formulaire de demande
Hébergements sélectionnés & contrôlés par le partenaire officiel de la ville de Fribourg
Aucun frais de réservation
Réservation en ligne & paiement sur place
Réservation sécurisée par cryptage SSL

Un voyage à travers l’histoire de Fribourg

10 lieux qui permettent de vivre l’histoire de la ville

Histoire, tradition et modernité – Fribourg allie l’expérience de l’histoire à la curiosité pour un avenir durable.

Le temps passe: En 2020, il y aura exactement 900 ans que le duc Konrad de Zähringen et son frère Berthold III ont octroyé à la « Freien Burg » le droit de marché et le droit de cité.  C’est ainsi que les deux frères ont posé la première pierre de l’actuelle ville de Fribourg et c’est pourquoi la ville célèbre son 900ème anniversaire accompagné de nombreux projets et événements. 

Les sites suivants permettent de percevoir encore aujourd’hui le vécu de l’histoire de la ville:

#1 La cathédrale de Fribourg – l’emblème de la ville

L’historien d’art suisse Jacob Burckhardt définissait en son temps la remarquable tour de la cathédrale de Fribourg comme « la plus belle tour du monde ». D’une hauteur de 116 mètres, elle devient l’emblème de la ville, visible de loin. La plateforme panoramique située à environ 70 m de haut, offre une magnifique vue sur Fribourg. Les origines de la cathédrale de Fribourg remontent à l’an 1200. Jadis, l’église de la « Freien Burg » devenant trop petite, Bertold V a ordonné la construction de la cathédrale de Fribourg. Bien sûr, de nombreuses années se sont écoulées jusqu’à son achèvement en 1513. Au début, la construction de l’église de Fribourg était de style roman. Les parties essentielles de l’église peuvent cependant être associées aux styles gothique et gothique flamboyant. 

La population a toujours attribué une grande valeur à la cathédrale de Fribourg. Les fenêtres de l’église jouissent d’une certaine célébrité. Nombreuses sont celles qui ont fait l’objet de dons de la part des confréries. Elles datent de l’époque autour de 1330 et leurs symboles tels le Brezel, la botte, la roue du moulin ou les ciseaux sont significatifs de l’artisanat très répandu en son temps. Le fait que les fenêtres soient aujourd’hui encore bien conservées est dû à la clairvoyance de la population de Fribourg. Dans le but de les protéger contre les raids aériens de la seconde guerre mondiale, elles avaient été démontées.

Miraculeusement, l’église de Fribourg a été épargnée par les bombardements directs. Par conte, la vielle ville environnante a été détruite à 80 %. La place de la cathédrale, ce lieu auquel le duc Konrad Ier de Zähringen avait octroyé les droit de marché et de cité en 1120, n’a pas été épargnée par la destruction. Aujourd’hui encore, les Brotmaße (moyens de contrôle sur la forme exacte du pain) présents dans le hall de la cathédrale de Fribourg nous rappellent cette époque. Au Moyen Age, ils servaient à réguler les tailles et quantités sur le marché de la cathédrale.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Blick vom Stadtgarten auf das Freiburger Münster
Blick vom Stadtgarten auf das Freiburger Münster - © FWTM-Baschi-Bender

#2 Les portes de la ville de Fribourg – Parties des anciens remparts de la ville

Au Moyen Âge, cinq portes de la ville donnaient accès à Fribourg. Elles étaient intégrées aux remparts de la ville et reliées au chemin de ronde. Aujourd’hui, deux portes de la ville sont encore conservées, le Martinstor (porte de Martin):

Etonnamment, les guerres au cours des siècles ne représentaient pas la plus grande menace de la Porte de Martin et de la Porte des Souabes à Fribourg. Au contraire, vers 1888, les deux portes de la ville ont été pour ainsi dire victimes des besoins de mobilité des Fribourgeois. Les planifications pour la construction des chemins de fer électriques prévoyaient leur démolition. Toutefois, le maire, Otto Winterer, s’y est fortement opposé. Sans plus attendre, il faisait rehausser la Porte de Martin de Fribourg de 22 à 63 mètres, créait passage plus important pour le tramway et satisfaisait ainsi les partisans de la démolition.  Aujourd’hui, la Porte de Martin de Fribourg ne peut être visitée que de l’extérieur. Une plaque commémorative apposée à l’intérieur rappelle la chasse aux sorcières des XVIe et XVIIe siècles.

Contrairement à la Porte de Martin, la Porte des Souabes peut absolument être visitée de l’intérieur. Pour cela, il est cependant nécessaire de visiter le Cabinet de figurines d’étain. Les événements de la révolution badoise et de la chasse aux sorcières y sont représentés.  Sur la face nord de la Porte des Souabes de Fribourg, le tueur de dragon St. Georg – Saint patron de la ville de Fribourg – veille sur la ville. Sur la face intérieure de la porte de la ville, on peut voir un marchand de sel avec sa charrette. Il est le symbole d’une jolie histoire d’un souabe un peu niais qui a essayé en vain d’acheter Fribourg. C’est d’ailleurs pour cette raison que la Porte des Souabes de Fribourg porte ce nom.
 

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Martinstor Freiburg
Martinstor Freiburg - © Angelina Antal

#3 Vue vers le bas – Freiburger Bächle, pavés et pierres d’achoppement

Celui qui oriente son regard en direction de ses pieds, peut faire de nombreuses découvertes. Depuis le Moyen Âge, les Freiburger Bächle (petits cours d’eau) sillonnent les rues et ruelles de la vieille ville. Pour réaliser l’installation des Bächle à Fribourg, il était nécessaire de surélever la vieille ville jusqu’à trois mètres, ce dont témoignent encore aujourd’hui certains lieux, notamment les caves de l’Uniseum (musée de l’université) ou du restaurant Zum Roten Bären. Les Freiburger Bächle ont fait naître une tradition créant ainsi également un métier spécifique : le Freiburger Bächleputzer (nettoyeur des Bächle de Fribourg).

Les Freiburger Bächle sont alimentés par le Gewerbekanal (canal industriel) de la vieille ville supérieure. Ils atteignent une longueur de 14 à 15 kilomètres dont 7,2 kilomètres sont visibles en surface.  Le long des Freiburger Bächle, de nombreux chemins étroits pavés traversent des ruelles idylliques avec des bars, galeries et magasins extraordinaires, qui relient la Porte de Martin et la Porte des Souabes.

Des mosaïques filigranes en pierres du Rhin devant les magasins, indiquent le type de magasins. Devant l’hôtel de ville, mes mosaïques représentent les armoiries des villes jumelées. En regardant de plus près, on remarque les pierres d’achoppement encastrées dans les pavés partout dans la ville. Elles évoquent les crimes cruels de l’ère nazie et suscitent la réflexion.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Steinmosaik auf dem Boden
Steinmosaik auf dem Boden - © FWTM-Antal

#4 Université de Fribourg – Traces vers l’Amérique

La population de Fribourg est jeune – bien plus jeune que la moyenne du pays. Ceci est principalement dû à l’Université de Fribourg Albert Ludwig et ses quelques 30 000 étudiants. Depuis le XVe siècle, Fribourg est une ville universitaire connue bien au-delà de la région. Fondée en 1547, l’Université de Fribourg est l’une des plus anciennes de l’Allemagne et s’étend sur plusieurs bâtiments de la ville.

Une plaque commémorative en la mémoire de Martin Waldseemüller, étudiant fribourgeois, est apposée sur le bâtiment III du collège de l’université en face du « Haus zur Lieben Hand » (lieu de rencontre du milieu étudiant). En1507, il donna son nom au continent américain suite à une hypothèse erronée. Le Musée de l’Université est situé dans l’ancienne université dans la Bertoldstraße. Dans ces lieux, la vie estudiantine de Fribourg de jadis est mise en valeur par des représentations, des œuvres d’art originales et des mises en scène de différentes époques. Par ailleurs, les caves de l’Uniseum de Fribourg offre également des aperçus des bâtiments résidentiels médiévaux.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Altes Universitätsgebäude -Uniseum
Altes Universitätsgebäude -Uniseum - © FWTM-Escher

#5 Schlossberg – des vues exceptionnelles

Avec une vue fantastique sur Fribourg et la vallée du Rhin, le Schlossberg est une attraction à lui seul. La tour du Schlossberg surtout d’une hauteur de 35 mètres offre une vue panoramique inoubliable à 360 degrés. Autrefois, on admirait ici le château médiéval et sa forteresse, mais aujourd’hui, seule la tour de Bismarck et la place aux canons témoigne encore de cette histoire mouvementée. Le jardin adjacent de la commandature invite à la promenade.

Puis, à l’est de la place aux canons, il est possible d’accéder à la tour. L’escalier qui monte en direction de la tour du Schlossberg témoigne incontestablement de l’engagement civique des Fribourgeois. Le coût, d’un montant de 90 000 euros, a été financé par des entreprises mais aussi des particuliers.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Blick vom Freiburger Schlossberg
Blick vom Freiburger Schlossberg - © FWTM-Antal

#6 Mairies du centre-ville – la tradition rencontre la modernité

La place de la mairie au centre-ville de Fribourg abrite en même temps trois bâtiments municipaux :

Paradoxalement, le nouvel hôtel de ville est plus ancien que l’ancien hôtel de ville. Construit entre 1539 et 1545, le nouvel hôtel de ville abritait jusqu’en 1891 les facultés de médecine et de sciences naturelles de l’université. Aujourd’hui, elle occupe également les fonctions d’hôtel de ville et la salle de mariage notamment, aux anciennes boiseries apparentes, se situe dans ce bâtiment.

La construction de l’ancien hôtel de ville quant à elle n’a été achevée qu’en 1559 et abrite depuis le siège administratif. L’emménagement de l’office de tourisme au rez-de-chaussée de l’ancien hôtel de ville a apporté l’époque moderne.

Juste derrière l’ancien hôtel de ville se trouve le plus ancien bâtiment administratif de Fribourg, la Gerichtslaube (ancien édifice municipal). Il s’agit du premier bâtiment municipal de la ville et date de 1303.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Neues Rathaus Freiburg
Neues Rathaus Freiburg - © FWTM-Mende

#7 Quartier Vauban – l’habitat durable à Fribourg

Le Quartier Vauban est relativement jeune. C’est la preuve visible de la réputation de Fribourg en tant que Green City. Le Quartier Vauban est considéré comme un projet modèle de l’habitat durable et jouit d’une reconnaissance mondiale. La construction passive, la climatisation naturelle et bien d’autres mesures encore transforment le « Solarschiff » et la cité « Sonnenschiff » en bâtiments à énergie positive, qui produisent plus d’énergie que celle nécessaire aux habitants.

Grâce à l’héliotrope de l’architecte solaire Rolf Disch, le quartier Vauban abrite la première maison à énergie positive au monde. Les panneaux installés devant l’héliotrope procurent aux personnes intéressées les informations dont ils ont besoin.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Green City Freiburg: Houses in the district Vauban
Green City Freiburg: Houses in the district Vauban - © FWTM-Schoenen

#8 Ancien cimetière – Le mystère de la belle endormie

Une visite du vieux cimetière vous permet de découvrir l’histoire de Fribourg ainsi que  l’histoire de l’art du baroque au néoclassicisme. De 1683 à 1872, les gens y trouvèrent leur dernier repos. De nos jours, ce sont les vivants qui cherchent la détente en ce lieu paisible de l’ancien cimetière », en appréciant ce monument naturel et culturel. Toujours non élucidé à ce jour, reste le mystère de la belle endormie – la tombe de Caroline Walter sur l’ancien cimetière est l’une des plus belles tombes de Fribourg. Aujourd’hui encore des fleurs fraiches ornent la tombe au quotidien. D’où viennent-elles ? Personne ne le sait.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Alter Friedhof-Schlafende Schöne
Alter Friedhof-Schlafende Schöne - © FWTM

#9 Forêt urbaine de Fribourg – Sylviculture régulée

Fribourg est une ville verte – pas uniquement la mentalité de ses habitants. Environ 40 pourcent de la superficie de la ville est constituée de forêts. Ainsi, la ville la plus au sud de l’Allemagne est l’une des plus grandes communes forestières du pays. Bien sûr, cela n’a pas toujours été le cas. Depuis le Moyen Âge – appelé aussi l’ère du bois – jusqu’en 1883, on déboisait tout ce qui pouvait l’être. Ce n’est qu’ensuite que l’industrie forestière a connue une certaine réglementation.

Et, ceci n’était non seulement bénéfique mais s’avérait aussi extrêmement positif, car : sans aucun doute, le Waldtraut, l’arbre le plus haut de l’Allemagne se situe à Fribourg. Le Waldtraut, le sapin Douglas de plus de 100 ans et d’une hauteur de 66,58 mètres continue à croître. Le Waldtraut du Mühlwald se trouve à Fribourg Günterstal. Le point de départ pour y accéder à pied est le parking situé juste après Fribourg Günterstal sur la route du Schauinsland. Le chemin est balisé.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Waldtraut vom Mühlwald - höchster Baum Deutschlands im Freiburger Stadtwaldt
Waldtraut vom Mühlwald - höchster Baum Deutschlands im Freiburger Stadtwaldt - © FWTM-Xu

#10 Schauinsland – Base de la richesse et de la prospérité

Le Schauinsland culmine à une altitude de 1284 mètres. Si vous souhaitez connaitre l’origine de son, vous pouvez aussi gravir les 746 mètres de dénivelé en prenant la Schauninslandbahn, le téléphérique le plus long de l’Allemagne. Sur une longueur de 3600 mètres, la télécabine offre de nombreuses possibilités d’admirer cet environnement de la plaine du Rhin, du Kaiserstuhl jusque dans les Vosges.

Le Schauinsland est un lieu de détente idéal pour les randonneurs, les cyclistes ou les marcheurs nordiques. Il offre également de nombreuses possibilités aux parapentistes et aux amateurs de sports d’hiver. Un détour vers le Schniederlihof s’avère également intéressant.  Le musée de la ferme, vieux de plus de 400 ans, fait revivre l’histoire de la Forêt Noire.

Dans les profondeurs du Schauinsland vous pouvez découvrir un musée d’un tout autre genre. Argent, plomb et zinc ont été extraits de la mine du musée Schauinsland pendant 800 ans. En 1368, la ville de Fribourg s’est libérée de la domination des comtes pour un montant de 15 000 Mark en argent et est passée sous la protection des Habsbourg, posant ainsi la première pierre, base de la richesse et de la prospérité.

Projets dans le cadre de l’anniversaire de la ville :

Herbst auf dem Schauinsland
Herbst auf dem Schauinsland - © FWTM-Antal